Qu'est-ce que l'humidité?

L'humidité peut être relative ou absolue ...


En d’autres termes, l’humidité relative est une mesure de la quantité de vapeur d’eau que l’air contient en comparaison de la quantité qu’il peut contenir à une température donnée. Cette valeur est exprimée en pourcentage selon une température. Par exemple, de l’air ayant une l’humidité relative de 50 %, contient la moitié de la quantité de vapeur d’eau qu’il pourrait contenir.

L’humidité absolue est la quantité précise du poids de la vapeur d’eau contenue dans l’air. Cette valeur est exprimée en grammes de vapeur d’eau par kilogramme d’air sec.

Il faut comprendre que l’humidité est essentielle, car elle est une des nombreuses composantes de l’air que nous respirons, mais elle peut affecter notre qualité d’air et notre santé en raison de la quantité et du pourcentage présents dans l’air.

Par contre, il ne devrait pas y avoir trop de condensation/humidité à l’intérieur d’un bâtiment, car avec le temps, l’humidité finit par endommager les matériaux de construction et les revêtements de finition, l’isolation thermique, les composantes structurales en bois et la peinture. La détérioration de ces derniers peut à son tour, provoquer l’apparition de moisissures qui pourraient être nocives pour la santé des occupants. Santé Canada recommande de maintenir un taux d’humidité relative compris entre 30 % et 55 % à l’intérieur d’un bâtiment et ce, durant toute l’année. Selon une enquête de Santé et Bien-être social Canada, environ 38 % des maisons au Canada éprouvent des problèmes d’humidité et/ou de moisissures.

De fait, un air ambiant à l’intérieur d’un bâtiment avec un taux d’humidité relative trop élevé pourrait engendrer des problèmes de santé pour les occupants et de nombreux problèmes aux bâtiments, et possiblement l’apparition de moisissures.

Par contre, un air ambiant à l’intérieur d’un bâtiment avec un taux d’humidité relative peu élevé, pourrait engendrer de nombreux problèmes des problèmes de santé pour les occupants et aux composantes du bâtiment et du mobilier.

L’humidité se manifeste sous forme de vapeur d’eau dans l’air, le sol et les matériaux, sous forme liquide, qui se condense sur une surface froide. L’humidité condensée peut également apparaître sous forme de glace ou de givre dans des espaces et des surfaces froids.

En s’évaporant, l’eau liquide demeure dans l’air. La quantité de vapeur d’eau (humidité) que l’air peut retenir avant de se saturer (c.-à-d., que soit atteinte la condition où l’air est capable de retenir, à une certaine température, toute l’humidité qu’il peut), dépend de la température de l’air ambiant. Plus l’air est chaud, plus l’air est capable de retenir l’humidité. La vapeur d’eau peut également se diffuser par convection de l’air, c’est-à-dire qu’elle est transportée par les courants d’air et les fuites d’air se déplaçant d’un endroit à un autre par les fissures et les ouvertures dans les murs, les planchers, les plafonds et les combles du toit ou tout simplement à travers les matériaux absorbants et poreux.

La condensation se produit lorsque les surfaces intérieures sont plus fraîches que la température du point de rosée, c’est-à-dire lorsque la température dont l’humidité contenue sous forme de vapeur d’eau dans une masse d’air commence à condenser en gouttelettes d’eau.

La capacité de l’air à contenir de la vapeur d’eau varie selon sa température. Plus l’air ambiant est chaud, plus sa capacité à contenir de la vapeur d’eau est grande. Par contre, plus l’air est froid, moins grande est sa capacité à contenir de la vapeur d’eau.


Symptômes habituels :

  • Condensation et formation de givre sur les vitrages des fenêtres;
  • Taches d’humidité sur les murs et les plafonds;
  • Moisissure apparente dans les salles de bains et au sous-sol;
  • Réactions allergènes.

Effets à long terme :

  • Dommages aux composantes du bâtiment et à son contenu, au mobilier;
  • Apparition de moisissures;
  • Taches d’humidité sur des murs et des plafonds.

Symptômes habituels :

  • Peau et lèvres gercées, nez sec et saignement du nez;
  • Ouvertures des lattes de bois dur;
  • Formation d’électricité statique;
  • Problèmes aux équipements électroniques.

Effets à long terme :

  • Inconfort constant;
  • Difficultés respiratoires;
  • Dommages à des meubles et à d’autres articles personnels.

Pour comprendre ce qui pourrait provoquer des problèmes reliés à un taux d’humidité relative qui serait trop élevé ou trop bas, il est important de connaître les sources et les causes d’humidité à l’intérieur d’un bâtiment.

Avant de décrire et de détailler les nombreuses causes reliées aux problèmes d’humidité, il est nécessaire de savoir que l’humidité peut affecter un bâtiment par diverses sources internes, mais aussi par différentes sources externes entourant le bâtiment. Il y a certaines sources que nous pouvons améliorer et/ou réduire par nos actions. Cependant, il y a d’autres sources que nous ne pouvons pas éliminer définitivement, nous pouvons seulement les contrôler par nos différentes actions et interventions.

Nous allons élaborer en détail les causes de l’augmentation du taux d’humidité relative interne, les conséquences, les problèmes et les méthodes et/ou modes de vie que vous pouvez réaliser et exploiter pour contrôler et maintenir avec succès un taux d’humidité relative satisfaisant et adéquat à l’intérieur d’un bâtiment. Nous aborderons également les causes et les conséquences d’une humidité qui n’est pas contrôlée et adéquate.

Les causes d’humidité internes :

  • La respiration normale des occupants;
  • Les habitudes normales de vie des occupants;
  • Le manque de ventilation à l’intérieur;
  • La mauvaise étanchéité de l’enveloppe… fuites d’air;
  • L’ouverture de fenêtres lors d’une journée chaude et humide;
  • Un humidificateur portatif ou central;
  • Le séchage de bois de chauffage à l’intérieur;
  • Le séchage de matériaux neufs;
  • Aquariums et piscines intérieures;
  • Les plantes d’intérieures;
  • Le séchage de matériaux neufs;
  • Le plancher d’un sous-sol non fini en terre battue sans pare-vapeur et sans couche de sable.

Les causes d’humidité externes :

  • Humidité élevée de l’air extérieur en saison estivale;
  • Pente de terrain dirigée vers la fondation;
  • Des accumulations d’eau près du bâtiment;
  • Drain français/agricole manquant ou bouché;
  • Infiltrations d’air par l’enveloppe du bâtiment;
  • Un humidificateur portatif ou central;
  • Le séchage de bois de chauffage à l’intérieur;
  • Le séchage de matériaux neufs;
  • Aquariums et piscines intérieures;
  • Les plantes d’intérieur;
  • Le séchage de matériaux neufs;
  • Infiltrations d’eau répétées au sous-sol, nappe d’eau souterraine élevée et inondation.

Le comportement de l’humidité à l’intérieur d’un bâtiment, en période de chauffage, fait en sorte que l’air froid au niveau du plancher est réchauffé par les radiateurs et s’élève vers les plafonds. Ce mouvement d’air presque continu, appelé convection, transporte l’humidité vers le haut. Comme l’air présent au plafond est plus chaud, sa capacité à contenir l’humidité est plus grande.

Exemple : Dans un bâtiment résidentiel de plusieurs étages, il y a une portion de l’air chaud contenant un certain taux d’humidité sur les étages inférieurs qui circule vers les étages supérieurs, et ce, par le phénomène de pression.

Bref, l’humidité transporte de l’air chaud. Cet air chaud et humide à l’intérieur d’un bâtiment voyage et circule vers les étages supérieurs d’un bâtiment, vers les combles du toit et à travers les murs vers l’extérieur. Ce que l’on appelle des exfiltrations d’air. Or, si le taux d’humidité relative de l’air qui circule est trop élevé, de la moisissure pourrait y apparaître.

Pour ces raisons, en saison hivernale, les problèmes d’humidité sont plus fréquents aux étages supérieurs d’un bâtiment résidentiels et locatifs.

En dehors des périodes de chauffage, l’air froid au niveau du plancher n’est pas réchauffé par les radiateurs et ne s’élève pas vers les plafonds. Il n’y a donc presque plus de mouvement d’air continu, soit la convection, qu’on a expliqué plus haut. L’air frais étant plus dense et plus lourd, elle cherche à descendre vers l’étage inférieur d’un bâtiment. Lorsque cet air atteint le plancher du sous-sol, il y reste pour toute la saison estivale.

Nous sommes en présence d’un air stagnant, ce qui est à l’origine de nos odeurs de sous-sol et de sensation de fraîcheur par rapport aux étages supérieurs.

Le béton de la fondation est toujours frais, même en été. L’espace du sous-sol sera, de fait, plus frais en été. De plus, l’air chaud et humide de l’extérieur qui pénètre directement à l’intérieur d’un sous-sol en saison estivale augmentera le taux d’humidité relative dans cet espace.

Par exemple, un air extérieur de 30 degrés Celsius et de 80 % d’humidité relative qui se refroidit de 2 degrés Celsius au sous-sol, atteindra 90 % d’humidité relative.

Refroidissez cet air de 4 degrés Celsius sur une surface de béton ou une tuyauterie d’eau froide et le taux d’humidité relative grimpera à près de 100 %; des gouttelettes de condensation apparaîtront de même que des traces de moisissures par la suite. Pensez à notre verre froid qui sort d’un congélateur, il condense immédiatement.

Pour ces raisons, en saison estivale, les problèmes d’humidité sont plus fréquents aux étages inférieurs, soit au sous-sol d’un bâtiment résidentiel et locatif, où l’on peut ressentir une sensation de fraîcheur par rapport aux étages supérieurs.

Dans un sous-sol, plus il y a d’apports directs d’air chaud et humide venant de l’extérieur (par exemple en ouvrant les fenêtres durant une journée chaude et humide en été), plus il y a des excès d’humidité et de sensation d’air plus frais et plus les mauvaises odeurs y sont augmentées.

Problèmes et signes typiques d’humidité trop élevée:

  • Apparition de moisissures dans une salle de bains;
  • Apparition de moisissures sur la finition des murs et des plafonds;
  • Apparition de moisissures sur des éléments structuraux en bois au sous-sol;
  • Formation de givre et de moisissures sous le pontage du toit;
  • Condensation et formation de givre sur les vitrages et cadrages de portes et fenêtres;
  • Écaillement de la peinture;
  • Dommages sur la finition des murs sous des fenêtres;
  • Effritement des joints de mortier sur un parement extérieur de maçonnerie;
  • Détérioration des bardages et efflorescence sur un parement extérieur de maçonnerie;

Sachez que l’air n’a pas besoin de pénétrer dans un bâtiment ou d’en sortir pour que le taux d’humidité relative change. Pensez aux gouttelettes d’eau qui se forment sur un verre d’eau froide lors d’une journée humide. L’air entourant immédiatement le verre est refroidi en contact avec le verre jusqu’au point où l’air atteint 100 % d’humidité relative, ce qui forme la condensation (gouttelettes d’eau) sur le verre.

Les occupants et leurs activités quotidiennes, les mauvaises habitudes de vie et les croyances ainsi que le manque de ventilation naturelle et mécanique sont les causes les plus importantes qui contribuent à hausser le taux d’humidité relative à l’intérieur d’un bâtiment. Voici quelques situations et phénomènes naturels - identifiés en litres de vapeur d’eau projetés dans l’air chaque semaine - qui sont incontrôlables et d’autres qui peuvent être contrôlés.

Facteurs incontrôlables :

  • La respiration des occupants : 30 à 40 litres pour une famille de quatre personnes;
  • Les activités domestiques (douche, cuissons, bains, lessives : 30 à 40 litres);
  • L’humidité de l’air en été absorbée par les matériaux d’un bâtiment et libérée en automne :


  • Les plantes d’intérieur, les aquariums, les cuves thermales, les serres et les piscines intérieures;
  • Les fuites d’eau accidentelles.

Facteurs incontrôlables : Mauvaises habitudes de vie des occupants et conditions favorables.

  • Un bâtiment non étanche aux infiltrations et exfiltrations d’air (vieux bâtiment);
  • L’absence ou une mauvaise utilisation d’un ventilateur d’extraction dans une salle de bains;
  • L’absence ou une mauvaise utilisation d’une hotte de cuisinière
  • Les conduits de ventilation soit d’une sécheuse, d'une salle de bains, d'une hotte de cuisine qui se terminent à l’intérieur d’un bâtiment ou dans les combles du toit;
  • Le séchage de la lessive suspendu à l’intérieur : 10 à 15 litres;
  • L'ouverture de fenêtres du sous-sol en été et lors de journées chaudes et humides;
  • L'utilisation d’un humidificateur portatif ou central lorsque le taux d’humidité relative est plus de 30 %
  • Un sous-sol non isolé, des fissures dans la fondation non réparées, des infiltrations d’eau;
  • L'insuffisance de chauffage, de ventilation (renouvellement d’air);
  • Le nettoyage des tapis à la vapeur en saison hivernale.

L’importance de la ventilation des combles du toit, les causes et les conséquences:

La ventilation d’un vide sous-toit est importante en saison estivale pour éviter une surchauffe des combles du toit et permet d’éviter une détérioration prématurée du revêtement du toit par cette chaleur présente dans les combles du toit. Cependant, la ventilation en saison hivernale a moins d’influence sur des problèmes de condensation ou de givre sur le pontage du toit, car la capacité de l’air froid à contenir et à transporter l’humidité est très faible. La ventilation des combles du toit en hiver a pour objectif de disperser la chaleur provenant des espaces habitables qui se dirige vers le vide sous-toit et prévient la fonte de la neige sur une toiture ainsi que la formation de barrière de glace sur les débords d’une toiture en pente. La formation de barrière favorise grandement les infiltrations d’eau à l’intérieur.

Quelques croyances fausses et erronées au sujet de l’humidité:


Électricité

Les plinthes électriques n’assèchent pas l’air à l’intérieur d’un bâtiment.

Les plinthes électriques n’assèchent pas l’air à l’intérieur d’un bâtiment.

Le corps

Le syndrome du nez sec et des saignements de nez peut être la conséquence d’excès d’humidité de l’air ambiant et d’une mauvaise qualité de l’air, mais rarement d’un manque d’humidité.

Le syndrome du nez sec et des saignements de nez peut-être la conséquence d’excès d’humidité de l’air ambiant

Économie

L’air humide n’est pas plus dispendieux à chauffer en hiver. Cependant, si le taux d’humidité relative dans un bâtiment est supérieur à 50 %, il faudrait augmenter la température de 1 à 2 degrés Celsius pour abaisser l’humidité relative et retrouver le confort que l’on obtiendrait sans excès d’humidité. C’est pourquoi un bâtiment avec un air contenant un taux d’humidité élevé est plus difficile et plus cher à chauffer.

L’air humide n’est pas plus dispendieux à chauffer en hiver.

En saison hivernale, s’il y a un manque ou une absence de ventilation naturelle dans le vide sous-toit, de l’air chaud et humide provenant des espaces habitables peut s’infiltrer par des fuites d’air causées par une mauvaise étanchéité des plafonds. La vapeur d’eau que contient l’air humide des espaces habitables se condense sur les surfaces froides des combles du toit et cause des problèmes telle que la formation de givre et de moisissure sur les matériaux en bois, rend humide l’isolation des plafonds, tache et fait gonfler la finition des plafonds, etc.

En saison estivale, s’il y a un manque ou une absence de ventilation naturelle dans le vide sous-toit, de l’air chaud et humide provenant des espaces habitables peut s’infiltrer par des fuites d’air causées par une mauvaise étanchéité des plafonds. Cela cause des problèmes telle que la surchauffe du vide sous-toit où le revêtement de toit absorbe cette humidité et cette chaleur, favorisant, par exemple, des effets de rétrécissement et d'ondulation au un revêtement du toit recouvert de bardeaux asphaltés, réduisant ainsi sa durée de vie.

Donc, pour contrer un excès d’humidité dans les combles du toit, la ventilation de cet espace est essentielle, mais, par contre, l’étanchéité ainsi qu’une bonne isolation des plafonds est toute aussi importante, et ce, en raison du risque de créer des dommages importants dans un espace non chauffé s’il y a trop de ventilation et pas assez d’isolation.

Causes et conséquences de l’humidité dans un sous-sol – quelques exemples

Nous avons appris auparavant que l’air humide est transporté et attiré vers les espaces et les surfaces plus froids. Au sous-sol, les murs de fondation qui ne sont pas isolés sont constamment froids, car les composantes de béton sont poreuses et par conséquent, sont sensibles aux effets de capillarité.

La capillarité est le phénomène de mouvement de l’eau attiré par l’effet de mèche à travers les capillaires fins résultant des effets de la tension superficielle des liquides du sol, du béton, de la maçonnerie, du mortier, du bois et autres matériaux. L’eau se déplace dans toutes les directions à travers les matériaux, mais son ascension maximale au-dessus du niveau de la source d’eau liquide dépend de la grosseur des capillaires (parois et ouvertures fines).

Les causes d’humidité au sous-sol :

  • Un sous-sol qui n’est pas isolé;
  • Une pente de terrain dirigée vers la fondation;
  • Des accumulations d’eau près du bâtiment;
  • Une nappe d’eau souterraine élevée et inondation;
  • Un drain français/agricole manquant ou bouché;
  • Les remontées capillaires d’humidité par le plancher de béton;
  • Un plancher d’un sous-sol non fini en terre sans pare-vapeur et couche de sable;
  • Des infiltrations d’eau répétées au sous-sol, fissures dans la fondation non réparées;
  • Le chauffage et la ventilation insuffisants (renouvellement d’air);
  • L’ouverture de fenêtres du sous-sol en été et lors de journées chaudes et humides.

L’importance de l’étanchéité de l’enveloppe d’un bâtiment – les effets de pression

L’air intérieur se dirige vers l’extérieur au travers des murs en partie supérieure d’un bâtiment par effet de pression, transportant la vapeur d’eau avec elle, puis se loge dans les combles du toit et à la base des murs extérieurs d’un bâtiment. Ce phénomène est nommé exfiltration d’air. Le phénomène inverse, appelé infiltration d’air, se produit dans la partie inférieure d’un bâtiment (sous-sol), autour des portes et fenêtres, des solives de rive, etc. Ces deux phénomènes sont la conséquence naturelle d’une pression négative dans la partie inférieure d’un bâtiment et d’une pression positive dans la partie supérieure d’un bâtiment.

Les problèmes d’humidité sont souvent associés à une ventilation inadéquate et insuffisante, à une mauvaise habitude des occupants et à des fuites d’air causées par une mauvaise étanchéité de l’enveloppe d’un bâtiment. Un problème d’humidité favorise des conditions favorables à l’apparition de moisissures, d’inconfort pour les occupants, des pertes de chaleur et des factures élevées d’énergie. Les fuites d’air sont grandement causées par la mauvaise étanchéité du cadrage des portes et fenêtres, par une mauvaise étanchéité de l’enveloppe d’un bâtiment (pare-vapeur non étanche ou absent), par l’absence ou une déficience de l’isolation des ponts thermiques à la jonction entre divers matériaux de finition ou de structure, etc.

Il est plus logique d’éliminer l’humidité excessive èa la source plutôt que de s’en remettre à une ventilation naturelle et mécanique intensive. La ventilation élimine l’humidité excessive, mais elle évacue également aussi la chaleur. En contrepartie, une ventilation naturelle et mécanique et un changement d’air adéquat contribuent à éliminer en partie l’humidité.

Installer un système de ventilation mécanique efficace

La ventilation mécanique et naturelle aide à changer et à renouveler l’air intérieur d’un bâtiment et à offrir l‘avantage d’améliorer la qualité de l’air ainsi que le confort des occupants. Donc, afin de contrôler le taux d’humidité dans la résidence et d’assurer une bonne qualité d’air pour les occupants, nous vous recommandons l’utilisation d’un système de ventilation mécanique central.

L’installation et l’utilisation judicieuse d’une ventilation mécanique sont particulièrement importantes si vous souhaitez améliorer l’étanchéité de l’enveloppe d’un bâtiment et diminuer les fuites d’air naturelles.

Lorsque le temps est chaud et/ou humide, la ventilation ne pourra pas éliminer efficacement l’humidité puisque l’air extérieur est saturé d’humidité et présente un faible potentiel d’assèchement. Donc, il ne faut pas utiliser l’échangeur d’air.

Un bâtiment absorbe de l’humidité en saison hivernale et la libère progressivement en automne.

Pour aider un bâtiment à s’assécher avant le temps froid, il faut augmenter la ventilation naturelle et mécanique et ouvrir les fenêtres lorsqu’il fait une température sèche en automne.

En saison estivale, l’utilisation d’un climatiseur/thermopompe par les journées chaudes et humides permet de déshumidifier l’air du bâtiment et aide à abaisser le taux d’humidité relative à l’intérieur d’un bâtiment. Mon bâtiment a-t-il un problème d’humidité?

Pour mieux percevoir si l’intérieur de votre bâtiment est affecté par des problèmes d’humidité excessive et par un taux d’humidité relative trop élevé, répondez à ces quelques questions :

  • Le taux d’humidité relative indique-t-il souvent un pourcentage supérieur à 55 % en hiver?
  • Le vitrage des fenêtres est-il affecté par la condensation et le givre en hiver?
  • Y a-t-il des odeurs de moisi, en particulier au sous-sol?
  • Y a-t-il apparition et/ou une croissance de moisissures?
  • Y a-t-il des signes de détérioration des matériaux par la moisissure?
  • Y a-t-il formation de condensation par le givre sous le pontage du toit en hiver?

Comment réduire le taux d’humidité relative – quelques exemples

  • Réduire les sources d’humidité créée par de mauvaises habitudes de vie des occupants;
  • Utiliser judicieusement la ventilation naturelle et mécanique, lorsque requise;
  • Installer et utiliser une hotte de cuisinière, un ventilateur d’extraction dans une salle de bains et une sécheuse;
  • Faire en sorte que le conduit de ventilation relié à la hotte de cuisinière, au ventilateur d’extraction dans une salle de bains et à la sécheuse soit évacué à l’extérieur;
  • Améliorer l’étanchéité de l’enveloppe du bâtiment pour réduire les infiltrations et les exfiltrations d’air;
  • Ne pas faire sécher de linge suspendu à l’intérieur d’un bâtiment;
  • Corriger et réparer définitivement les infiltrations d’eau;
  • Couper les ponts thermiques et ajouter/améliorer l’isolation du bâtiment;
  • Ne pas posséder beaucoup d’aquariums et plantes d’intérieur;
  • Ventiler et isoler adéquatement les combles du toit;
  • Installer un système de ventilation efficace, préférablement un VRC;

En résumé, les mesures que vous pouvez prendre pour abaisser le taux d’humidité relative et résoudre vos problèmes d’humidité peuvent vous faire économiser de l’énergie, abaisser vos frais de chauffage, garder les matériaux de votre bâtiment dans un environnement sain et permettre d’y améliorer le confort pour vous et votre famille, ce qui contribue en fin de compte, à rentabiliser vos interventions.

Pour une solution économique et efficace, demandez l’installation du procédé SOLSEC2000 inc.